Comprendre le sexisme

Le sexisme, c’est penser que les filles seraient inférieures aux garçons.

SEXISME, STÉRÉOTYPES ET INÉGALITÉS

Le sexisme repose sur des idées reçues (aussi appelées stéréotypes) sur comment devraient être les filles et les garçons :

  • Les garçons devraient être forts, courageux, sportifs, compétitifs, séducteurs, aimer le foot et les voitures…
  • Les filles devraient être belles, sensibles, douces, calmes, timides, aimer la mode et les princesses…

Le plus souvent que ce qui est associé aux garçons est vu comme positif, alors que ce qui est associé aux filles est vu comme négatif et inférieur (super-héros vs princesses…). Ces idées reçues sont problématiques car elles enferment les filles et les garçons dans des rôles qui les empêchent d’être ou de faire comme ils-elles le voudraient. Ainsi, on va encourager dès le plus jeune âge les filles à prendre soin d’elles et à être belles ; et les garçons seront moqués s’ils pleurent ou se montrent sensibles…

Cela va avoir des conséquences à l’école, dans le choix des activités, dans les choix d’orientation, et tout au long de la vie créant des inégalités entre les femmes et les hommes.  

Vidéo "C'est quoi l'égalité entre les filles et les garçons ?" - 1 jour, 1 question

Pour aller plus loin  :

  • Sur les stéréotypes et autres idées reçues, rendez-vous sur le mini site On en parle  ! 
  • Sur l’égalité entre les femmes et les hommes  : le livre «  Beyoncé est-elle féministe  ?  » de Margaux Collet et Raphaëlle Rémy-Leleu.
     

LE SEXISME À LA BASE DES (CYBER)VIOLENCES CONTRE LES FILLES

Si une fille n’agit pas selon ces stéréotypes et idées reçues sur comment une fille devrait se comporter, elle peut être victime de (cyber)violences sexistes. En ligne, par exemple, si un garçon envoie une photo de lui montrant son torse, cela sera généralement valorisant  ; alors que l’envoi d’une telle photo par une fille risque d’être associé à des commentaires la traitant de«  salope  ».

Affiche réalisée par des élèves d’un lycée en Ile-de-France dans le cadre d’une action «  Jeunes pour l’égalité  ».

En ligne, filles et garçons sont actifs, mais cela n’a pas les mêmes conséquences  : en savoir plus ici.