Est-ce que je peux porter plainte si je ne connais pas l’agresseur (anonymat en ligne) ?

  • Si la victime ne connaît pas les véritables identités du ou des auteurs-trices, elle peut porter plainte contre X. Dans ce cas, les services de police/gendarmerie peuvent faire des actes d’enquêtes notamment auprès des hébergeurs des sites et requérir la communication de toute information figurant sur le site, comme une adresse IP. L’hébergeur ne peut s’y opposer sous peine d’être condamné à son tour. Le/la procureur-e de la République peut donc ordonner aux réseaux sociaux la communication de données personnelles d’un-e utilisateur-trice.
  • Dans ce cas, il est également conseillé de signaler le contenu en ligne via la plateforme publique du Ministère de l’Intérieur (Pharos), qui dispose d’un service d’enquête spécialisé sur la cybercriminalité.

  Attention  : si la préoccupation est la suppression du contenu en ligne, il est également possible d’engager une démarche auprès d’un-e juge pour accélérer cette suppression par l’hébergeur (cf. infra «  Comment faire pour demander à un-e juge d’accélérer le retrait de contenu nous concernant  ?  »)

  Retour sur Conseils pour faire valoir mes droits