« Les garçons aussi sont touchés par le cybersexisme. » VRAI ou FAUX ?

VRAI ! Mais cela concerne certains garçons.

Si les cyberviolences à caractère sexiste et sexuel touchent plus les filles, elles concernent aussi certains garçons. Ces violences prennent en effet leurs racines dans les rôles stéréotypés attribués aux filles et aux garçons. Des injonctions différentes sur leur corps ou leur sexualité pèsent plus lourdement sur les filles, mais aussi sur certains garçons ne répondant pas aux normes de masculinité dominante. L’injonction à la virilité, c’est devoir montrer qu’on a des relations hétérosexuelles et qu’on est sexuellement actif, fort et dominant. Elle est très présente en ligne en particulier sur les réseaux sociaux. Les garçons qui ne s’y conforment pas sont exposés à des insultes ou remarques à caractère homophobe fréquentes d’après l’enquête réalisée par le CHA/OUIEP. 

  Aller plus loin  : mieux comprendre la mécanique sexiste des cyberviolences